Jumelages


Drapeau Québec Jumelage avec Sainte-Marcelline (Québec)

Qu’est ce qui nous pousseà nous jumeler ?
Est-ce le désir de retrouverles chemins de ces ancêtres partis fonder des villages dansd’autres paysages,s’affrontant aux immensités ? Certainsétaient de Bigaroque,de Bergerac,du château deMontréal…
Et sait-on si les eaux de la Dordogne dans leur élan torrentiel ne rencontrent pas enfin celles du Saint-Laurent ? Loin de ces interrogations le jumelage entre SteMarcelline et le Buisson fût celui d’un humanisme naturel.Une douce rencontre,une découverte,une curiosité,
une façon différente de voir l’autre,paravent contre ce quise réduit aujourd’hui à la « mondialisation » .Voilà une vingtaine d’années que vit cet esprit de retrouvailles et je le souhaite,pour longtempsencore…

La rencontre du Québécois Gilbert Boullet en 1974 et de nos amis Annie et Yves Bravo et merci à eux et aux maires de l’époque pour cette initiative qui aura“cousins québécois”, qui sont venus et repartis, amoureux du Périgord.

Comité de Jumelage Le Buisson de Cadouin/Saint Marcelline

Drapeau Alsace Jumelage avec Obenheim (Alsace)

Lorsque la guerre éclata avec ses horreurs et ses souffrances, un triste exode allait commencer pour tous les alsaciens. Dans de tragiques circonstances, ils furent chassés de leur province et c’est ainsi que 800 réfugiés d’OBENHEIM débarquèrent à la gare du BUISSON le15 septembre 1939 pour être répartis entre les communes d’Alles sur Dordogne, Cadouin et Molières.
Bien sûr tout fut mis en œuvre pour faciliter le logement et l’intégration. Cependant, à l’époque le Périgord était moins évolué que l’Alsace ; un Périgord oublié, endormi dans ses rêves, et réveillé par la guerre. Les différences de développement de culture mais aussi de langue, posèrent souvent quelques problèmes.
Pourtant ces épreuves rapprochèrent les cœurs et peu à peu de solides relations se nouèrent pour toujours. Le temps ne peut effacer tant de souvenirs communs et de cette cruelle souffrance naquit une indestructible amitié.
C’est pourquoi, le 22 juillet 2007 la commune de Cadouin a souhaité écrire officiellement cette page de l’histoire en se jumelant avec OBENHEIM comme Alles et Molières l’avait déjà fait auparavant.

Fin 2012, un certain nombre d’ habitants des trois communes ont fait le voyage afin de visiter les marchés de Noël et de profiter des magnifiques décorations et illuminations.
Malgré le froid et la neige, une sortie en forêt noire a clôturé ce séjour.

Un projet est à l’étude afin d’accueillir nos amis alsaciens au mois d’Août 2014