La baignade de Vic ne sera plus surveillée

Dans notre département, il n’existe plus de plages où la baignade est surveillée en dehors de 10 sites de grandes superficies (lacs, étangs et plans d’eau) et aménagés (buvettes, aires de jeux, tennis, pontons, piscines ou pataugeoires, jeux aquatiques).

Il est vrai que le coût lié aux salaires et charges d’une surveillance de baignade et à l’entretien des lieux, mais aussi la diminution des dotations de l’état, ne permettent pas aux municipalités d’assurer une surveillance de baignade le long des rivières qui traversent leur territoire, en dehors de ces 10 sites (dont deux sont des sites départementaux et deux sont payants).

C’est pour ces mêmes raisons que la municipalité a modifié la qualification de « baignade surveillée » en « baignade autorisée mais non surveillée ».

Conformément à la loi, la municipalité mettra en place les panneaux réglementaires et prendra les mesures nécessaires à l’intervention des secours, en cas d’accident, en leur réservant un emplacement au plus près du rivage.

Enfin, en ce qui concerne la sécurité sanitaire, la surveillance de la qualité de l’eau continuera à se faire, comme par avant, par les prélèvements et les analyses réglementaires.